Comment des salons de massage à Dakar, cachent-elle des activités de prostitution ?

Depuis quelques années, à Dakar et surtout dans ces quartiers résidentiels calmes, les salons de massage se sont multipliés à très grande vitesse. Dans la capitale, on en compte plus d’une centaine répartis pour la plupart dans les quartiers des Almadies, Yoff, Sacré Coeur, Mermoz, ect… La moitié est soupçonnée d’y cacher des activités de prostitution. Certains salons seraient devenus des véritables maisons closes.

À la différence des vrais salons de massages, ces nouveaux espaces de prostitutions, sont invisibles. La plupart du temps ce sont des appartements aménagés en lieu de débauche. Il suffit de passer un coup pour comprendre la situation, on ne vous donne jamais l’adresse exacte, souvent une fille à la voix suave vous répond pour vous donnez rendez soit à 500m du lieu, pour vous conduire discrètement au “baisodrome”.

5a24cd1624f8d97d367a7af0719d38e1

Les gérants de ces endroits vont à la pêche de leur clientèle uniquement sur internet. Partout sur les sites de petites annoncées, on voit de plus en plus de petites annonces de services de massages. Des annonces très attirantes ou on voit la plupart du temps des images de très belles filles en petites tenues, souvent des images d’actrices pornos américaines. Avec les codes de langages propres à ce milieu, et aux initiés. Le tarif varie en fonction de la demande, plus vous en réclamez, plus vous devrez payer cher, le premier objectif étant de vous exciter au maximum.

Il y a beaucoup de demandes, d’autres choses… une finition “, raconte une employée de ce salon. Une bonne finition “Happy end” comme le dit les anglophones, ça veut dire une fellation, de la masturbation, bref de la prostitution. Le massage naturiste, ça s’appelle aussi le “body-body”, et cela signifie que le client et la masseuse sont nus, et plus si affinités.

LIRE AUSSI:  Comprendre la grave crise politique qui secoue le Kenya

Babs, la quarantaine, habitué d’un salon niché aux Almadies, raconte :

Pour 5000 Francs Cfa supplémentaires, j’ai eu le droit de caresser la masseuse, ça s’appelle le “massage réciproque”, et parfois on peut aussi avoir une finition buccale… C’est un peu plus cher.”

Pas vu pas pris, une demi-heure plus tard tout le monde repart vers ses activités courantes, façon passe-muraille. La multiplication des salons de massage dans ces quartiers, et maintenant dans les quartiers environnantes, est le secret de Polichinelle le mieux gardé de Dakar.

Comme il ne se voit pas, ce nouveau proxénétisme urbain en hyperexpansion prospère dans la plus grande impunité, beaucoup d’habitants de ces quartiers ne sont même pas au courant ce genre d’activité se développe dans leur zone. Vu que la socialisation n’est pas très courant dans ces quartiers, et les gens vivent souvent fermés dans leur demeure sans se préoccuper de ce qui se passe chez le voisin.

Ass Malick : Team SenegalMag.info

 

 

Commentaires

commentaires

Tu pourrais aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.