Présidentielle au Kenya: la Cour suprême n’a pas pu statuer sur un recours

Maître James Orengo, l'un des principaux avocats de la National Super Alliance, opposant au régime, lors d'une conférence de presse devant la Cour suprême de Nairobi, au Kenya, le 25 octobre 2017.
© REUTERS/Thomas Mukoya

Par RFI Publié le 25-10-2017 Modifié le 25-10-2017 à 16:33

Il y aura certainement un doute jusqu'au dernier moment. L'élection présidentielle au Kenya, invalidée au mois d'août aura-t-elle bien lieu ce jeudi 26 octobre dans de bonnes conditions ? Un recours devant la Cour suprême avait été déposé pour empêcher la tenue du scrutin prévu demain. Mais les magistrats n'ont pas été en mesure de l'examiner. Les partisans de Raïla Odinga se sont tout de même rassemblés à Nairobi pour manifester contre ce scrutin.

A la surprise générale, le président de l’institution a déclaré, ce mercredi 25 octobre, que l’audience ne pouvait pas se tenir, faute de quorum. Quatre magistrats sont absents, son adjointe a été attaquée mardi soir, un autre est malade, un autre n’a pas pu venir. David Maraga s’est excusé et a reporté l’audience sine die.

Il s’agissait d’une plainte de trois citoyens pour stopper l’élection. A la sortie, l’avocat des plaignants n’a pas caché sa colère. John Khaminwa a parlé de suspicion suite à l’absence des juges. La Cour suprême n’a donc pas reporté l’élection du jeudi 26 octobre comme certains le pressentaient, mais le coup de théâtre pourrait venir d’ailleurs.

Ce mercredi matin, dans une autre affaire, un juge a déclaré que la procédure de nomination des responsables électoraux, dans les circonscriptions, était illégale. L’opposant James Orengo a sauté sur l’occasion. Le sénateur a déclaré que dans ces conditions, s’il y a une élection demain, elle sera illégale.

Des partisans de Raïla Odinga, lors d'une manifestation à Nairobi, au Kenya, ce 25 octobre 2017. © REUTERS/Siegfried Modola

A Uhuru parc, à Nairobi, où des affrontements réguliers ont eu lieu ces dernières semaines, Raïla Odinga a tenu un meeting. Il a appelé les électeurs à ne pas se rendre aux urnes demain. Une marée orange était présente dans le parc.

LIRE AUSSI:  Football: ces Africains qui ont porté le maillot de l’OM et du PSG

Odinga avait appelé ses partisans à boycotter le vote demain, mais aussi à manifester, ce qui faisait craindre des violences. Hier, dans une interview à la BBC, il a toutefois démenti avoir appelé à manifester. Ses soutiens, qui sont plusieurs centaines ici, attendent des éclairages sur la marche à suivre.

Dans le camp d'en face, le gouvernement a promis une sécurité renforcée et une tolérance zéro pour ceux qui empêcheront les électeurs de voter. Tout cela, alors que des agents de la commission électorale se sont fait agresser, il y a quelques jours. La grande crainte ce sont, bien sûr, des affrontements autour des bureaux entre deux camps qui ne font aucune concession.

Un partisan de l'opposition, lors d'une manifestation à Kisumu, au Kenya, ce 25 octobre 2017. © REUTERS/Baz Ratner

Lire l’Article Original

Commentaires

commentaires

Tu pourrais aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.