Maroc: la diva Badi Lala tire le rideau du festival Taragalte

La doyenne Badi Lala au coeur des dunes.
© Guillaume Thibautl/RFI

Par RFI Publié le 30-10-2017 Modifié le 30-10-2017 à 07:16

Au sud du Maroc, l’étonnant festival Taragalte s’est terminé dimanche 29 octobre. Trois jours de musique et de rencontres pour faire vive la région de M’Hamid El Ghizlane, pour défendre aussi et faire entendre l’identité des communautés du Sahara. Le festival se déroule au cœur des dunes aux portes du désert et hier soir, c’est une diva, Badi Lala, qui a clôturé ce festival hors du commun.

Il est rare de rencontrer des personnalités si fortes. A 80 ans, la doyenne de la musique du Sahara a toujours une énergie débordante, peut-être liée à la première chanson que sa mère lui a transmise.

Il est presque abandonné. Normalement, le jeune du désert il reste au désert, il va ni à Paris, ni à Alger, ni au Maroc Militante avant tout le monde, Badi Lala a un grand regret : son désert se vide, se perd 30-10-2017 – Par Guillaume Thibault

Les femmes étaient à l'honneur du festival cette année. Ce sont donc elles, et elles seules, qui étaient présentes sur scène hier soir. Badi Lala, mais aussi la jeune génération.

Les filles d’Illighadad du Niger, Fatou et Elaminou, ont un caractère bien trempé. Jeunes et déterminées à parcourir le monde, elles ont commencé par jouer du takamba, instrument à cordes réservé aux hommes.

C'est une chanson dédiée aux femmes. La chanson dit: celui que tu aimes, il faut le prendre de force (rires) Les relations amoureuses sont des thèmes qu’elles aiment aborder 30-10-2017 – Par Guillaume Thibault

LIRE AUSSI:  Zimbabwe en direct : Robert Mugabe et sa femme Grace en résidence surveillée à Hararé
Les filles d'Illighadad (Niger), Fatou et Elaminou sont prêtes à conquérir le monde. © Guillaume Thibautl/RFI

Sur la dune d’en face, la chanteuse Oum méditait tranquillement. Marocaine, c’est elle la marraine du festival. Car elle se sent à Taragalte chez elle, au point d’en faire une chanson.

La chanteuse Oum, marraine du festival. © Guillaume Thibautl/RFI

Lire l’Article Original

Commentaires

commentaires

Tu pourrais aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.