Burkina Faso: une manifestation dispersée, des personnes interpellées

Palais de justice de Ouagadougou (photo d'illustration).
© RFI/Carine Frenk

Par RFI Publié le 22-10-2017 Modifié le 22-10-2017 à 02:16

Au Burkina Faso, la manifestation prévue par le cadre d'expression démocratique et le mouvement populaire de la jeunesse n'a pas eu lieu ce 21 octobre. Les forces de sécurité ont dispersé les manifestants qui ont tenté de se réunir. La manifestation avait été interdite par la mairie d’Ouagadougou au regard « des troubles à l'ordre public », mais les organisateurs s'étaient insurgés contre cette décision au vu d'autres manifestations qui s'étaient déroulées dans la même période dans la capitale. Plusieurs personnes ont été interpellées et une procédure judiciaire a été diligentée, selon un communiqué de la police nationale. Les manifestants entendaient dénoncer la mal gouvernance, les tribunaux d'exception comme le tribunal militaire et la détention des généraux Djbrill Bassolé, Gilbert Diendéré et autres depuis deux ans sans aucun procès dans le cadre de l'enquête sur le coup d'état de septembre 2015

Les manifestants entendaient dénoncer les tribunaux d'exception, la mal gouvernance et les détentions des généraux Djibrill Bassolé, Gilbert Diendéré et autres, deux ans après le coup d'état de septembre 2015, sans aucun procès. Mais tôt le matin les forces de sécurité avaient bouclé la place de la Nation, le rond-point des Nations unies et tout attroupement était interdit à ces lieux. Après une marche sur une courte distance, les manifestants ont été repoussés à coup de matraques et de gaz lacrymogènes. « On croyait qu’on était en démocratie, crie l'un d'eux, mais là, ça prouve que non ! Nous voulons que le président sache que nous sommes tous des Burkinabè ! On dit non (…) ! »

LIRE AUSSI:  Burkina: divisions sur la libération d'auteurs présumés du putsch

Dans un communiqué, la police nationale explique que c'est après avoir forcé par trois fois les barrages mis en place que l'attitude des manifestants a suscité une réaction de colère des commerçants riverains, amenant les forces de l'ordre à intervenir et à interpeller quatre personnes dont le principal organisateur.

Une procédure judiciaire a été diligentée et les personnes interpellées seront conduites devant les autorités compétentes selon la police nationale, car les initiateurs avaient déjà mis en garde contre d'éventuels débordements à la suite de leur manifestation non autorisée.

Lire l’Article Original

Commentaires

commentaires

Tu pourrais aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.