Bénin: un produit chimique cancérigène retrouvé dans 21 boulangeries

Les locaux d'une boulangerie industrielle aux normes au Bénin.
© RFI/ Delphine Bousquet

Par RFI Publié le 18-10-2017 Modifié le 18-10-2017 à 13:58

Au Bénin, le ministère du Commerce a fait fermer 21 boulangeries à Cotonou et à Calavi depuis septembre. Ces actions font suite à des inspections sanitaires surprise particulièrement alarmantes, avec notamment la découverte de bromate de potassium, un produit chimique cancérigène et interdit au Bénin.

Manque d'hygiène, farines périmées et présence de bromate de potassium dans le pain : voilà ce qui a entraîné la fermeture de 21 boulangeries au Bénin. Pour Gatien Adjagboni, président de l'Association nationale des propriétaires et exploitants de boulangeries et pâtisseries, il faut faire le ménage.

« Aujourd’hui, on constate que n’importe qui au Bénin peut ouvrir une boulangerie sans demander l’autorisation, sans respecter les règles, sans former les boulangers, explique-t-il. Il n’y a d’ailleurs pas d’écoles diplômantes en boulangerie. On dénonce, on sensibilise, rien ne se passe. Donc il est temps que les autorités prennent leurs responsabilités. »

Le bromate de potassium fait gonfler la pâte et permet de faire plus de pain. Il est interdit au Bénin depuis 2005. Mais pour Robin Accrombessi, président de la Voix des consommateurs, fermer des boulangeries ne suffit pas.

« Les contrôles ne se font pas régulièrement, regrette-t-il. La farine de blé, depuis l’exportation, contient déjà les molécules de bromate de potassium. Au niveau de nos ports, on devrait pouvoir prélever, analyser, avant que les boulangers ne l’achètent, car personne ne veut acheter du pain pour mourir. Et pourtant, c’est bien le type de pain qu’on nous sert au Bénin. »

LIRE AUSSI:  Bénin: le ministre des Transports, proche du président Talon, a été limogé

Le ministère du Commerce a donné trois mois aux boulangeries fermées pour se mettre en règle. Les associations de consommateurs ont demandé la liste afin d'aller vérifier.

Lire l’Article Original

Commentaires

commentaires

Tu pourrais aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.